• bon à priori tout mon texte a disparu... (et bien sur je ne l'avais pas enregistré)

    donc en résumé, tout va à l'envers en ce moment, je trouve pas le tempo des tournois que je joue... trop serré, trop large, trop passif, trop agressif, ... tout foire (même mes bluffs foireux ! c'est pour dire) . Ma fishitude actuelle mélangée à celle des autres donne un coktail de whine désespérant...

    Quelques exemples de "belles rencontres" ou comment devenir shortstack en milieu de tournoi !: ce soir,  je touche TT au bouton, relance forte, all in du short (mais quand meme 10 BB) en SB, je boite.. il a KJ (dépareillé) ... il trouve un J river  ...  ou encore  sur un flop  9 6 J avec 9J de trefles, j'ai TQ de trefle , je boite (ca me parait pas débile , non ?), suivi par vilain qui a KQ de pique ... pas de trefle et une belle dame river...

    Bref "that's poker" me diras tu ... ben en ce moment , déjà que je joue comme un rouget grillé, ca me gonfle le 'that's poker".

    donc petite pause prévue ce début de semaine loin du .fr

    A ce jour, pour janvier, 28 tournois joués pour 7ITM dont 1TF. il faut que je me reprenne rapidement si je veux continuer sur ma tendance des derniers mois...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Relativiser : Considérer d'un point de vue relatif, par rapport à autre chose. Ne plus envisager comme absolu. 

    J’ai lu plusieurs billets très intéressants et lu plusieurs bouquins sur ce sujet. Savoir prendre du recul dans la défaite mais également dans la victoire. Spécifiquement dans le poker qui procure des sensations fortes et qui engendre des réactions très diverses selon les individus.

     

    En regardant certaines vidéos, je suis toujours surpris de l’explosion de joie ou de désolation de certains comme je reste abasourdie par le calme olympien de certains qui viennent de se prendre un bad beat des familles ou de gagner THE pot. Quel sang froid, Imperturbable face à l’adversité. Respect Messieurs / Mesdames.

    La pire image qui me reste en tête est sans doute Matt Affleck qui perd face à Jonathan Duhamel en 2010 au main event du WSOP de Vegas à 15 left : AA vs JJ qui trouve une quinte river. Le désespoir immense sur son visage mélangé à une volonté de sortir dignement… une véritable tragédie se joue à ce moment là.

    Avec ma petite expérience, je me rends encore plus compte de l’aspect dramatique de la situation, à 15 left de THE event, vous recevez les A, vous jouez parfaitement le coup pour le maximiser, devenir le CL … et la variance vous rattrape pour vous expulser méchamment, froidement, brutalement.. rrrrhhh ca fait froid dans le dos (revoir cette pure tragédie ici).

     

    Relativiser, maitrise de soi, réussir à être humble dans la victoire et digne dans la défaite, voila l’attitude à avoir pour soi et par respect pour ces adversaires lorsque l’on joue des tournois Live.

     

    Nous pouvons d’ailleurs facilement transposer cette Way of life à notre attitude de la vie de tous les jours, à notre vie professionnelle…grand sujet en perspective...

     

    Bref, je m’en sors un peu près dans la vie quotidienne mais je suis encore loin de pouvoir jouer Live car… Online… Bordel … Marre de relativiser… Rien à foutre de la maitrise de soi ! On peut faire ce qu’on veut, insulter qui on veut, hurler, crier, extérioriser ses sentiments sans aucun respect pour l’adversaire, sans aucune estime de soi non plus d’ailleurs (!) … et ça… c’est vraiment trop bon J 

     

    Décidemment, du chemin à parcourir encore il a …

     

     

    Sinon, j'avance lentement ce mois ci , seulement 12 tournois joués pour 3 ITM dont 1 TF... (et sur PS ? que des horreurs.... QQvs AQ pour quinte river ou 66 vs 88 sur flop 68K ou encore l'inévitable JJ vs KK et pour finir KK vs Q8(!) qui trouve brelan de Dames).

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Je ne suis pas sur que Corneille apprécie ma libre adaptation… (Pour ceux qui aimeraient relire la tirade de Don Diègue qui déverse sa rage contre lui-même ici)

     

    Comment se fait il que je sois le roi des fishs sur cette room alors que sur mes autres rooms où je joue régulièrement je suis positif. Aucune victoire notable en plus de 300 tournois pour inverser la tendance ... Une courbe digne des plus belles pistes (noires) de ski

     

    Trop de monde ? Problème (encore) d’endurance mentale ? Trop mauvais tout simplement  (merci de ne pas répondre !)? Variance négative spécifique à PS (là je redeviens parano…) je fais régulièrement les tournois du soir a buy in moyen mais à part quelques ITM, rien de chez rien

    Et pourtant, je n’ai pas l’impression que le niveau soit meilleur sur PS que sur les autres rooms.

     

    Encore jeudi soir dernier, je finis 203/2750 du French Kiss, ITM pour un gain de 24 € …un short UTG fait all in avec A4, je relance (en middle position mais sur une table super passive… enfin jusqu’à la…) pour l’isoler  avec JJ et - trop fort ma stratégie d’isolement - je suis suivi par 2 shorts(!) et surrelancé all in  par vilain qui me couvre, je ne peux que compléter, il a KK …pas de miracle…

    Je réinvesti aussitôt (!) dans un S&G à 10€  d’où je sortirais 5ème  soit un gain net royal pour ma soirée de 4 € !

     

    A retenir, éviter le S&G d’1h du mat’ quand tu viens de te faire sortir comme une morue de ton tournoi principal après 4h30 de jeu …

     

    Bon c’est décidé, cette room sera ma consécration 2012 ou sera ma perte ! Je veux mon shark en face de cette room et vu d’où je pars il va falloir assurer.

     

    Améliorer mon jeu ? Ca, c’est un fait évident, si j’étais un pro, ca se saurait…Adapter mon jeu à cette room ? Je ne vois pas trop comment ni pourquoi le faire… Mon jeu actuel donne pourtant quelques résultats satisfaisants ces derniers mois.

     

    Mieux choisir mes tournois ? Par exemple, arrêter le Classico et ses  6 ou 7000 participants … quoi que…J’aime bien le Classico… J 

    Tenter les limites supérieures (via des satellites ou en payant le buy in directement ?) comme Night on Star ou Sunday Special avec moins de participants pour tenter le One Time (bien que le dernier Sunday en promo a été juste «bullesque») ou continuer les tournois du type French Kiss (10€  et ses 2500 participants) ? Un avis voire un conseil ?

     

    Meilleure gestion de ma BR ? De ce côté, je suis nul, j’arrête juste quand je perds trop chaque mois et surtout quand j’en ai marre de financer les vilains (c’est une méthode comme une autre finalement) et quand je gagne plus d’un certain montant, je cash out immédiatement pour éviter le tilt du mecquiselapèteparcequilagagnétroiseuros

     

    Bref, comme tu peux le constater, je ne sais absolument pas quelle stratégie adopter pour dompter cette fichue room…Mais je compte bien trouver une solution qui m’amènera sur le chemin de la Win !

     

      

     

    Sinon, à ce jour et pour janvier, 6 tournois joués, 2 ITM dont 1 TF (un peu rageant car sur 2 des 4  tournois perdants, je spew généreusement en milieu de tournoi et à la bulle… à quoi ca sert de l’écrire si t’arrives pas à l’appliquer !!!)

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • J’ai beaucoup étudié les plus grands spécialistes mondiaux du Poker ces derniers jours … quel ennuie, quelle banalité …être rigoureux, bien choisir ses mains, analyser la table, sa position, blablabla…vraiment inintéressant…

     

    Heureusement, grâce à ma ténacité, j’ai découvert une méthode de jeu utilisée que par les plus grands experts que je trouve complètement révolutionnaire : la méthode dite du « tout dans le groin ».(chers lecteurs… heu cher lecteur, c’est ton jour de chance, je t’offre l’opportunité de devenir un véritable shark.fr en te faisant découvrir l’initiateur de cette méthode et son explication assez complexe ici). Méthode que je me suis empressé de mettre en application lors de mon dernier tournoi (je sais c’est prétentieux de vouloir copier les grands pro mais je n’ai pas pu résister)  : le Super 9 de mardi dernier (50€ (via un sat à 5€) 253 joueurs, ITM 34)

     

    Après un retour d’outre tombe (j’ai 0.5 blind à 35 left … oui je sais ca craint mais ce n’est pas parce qu’on a 4 cartes d’une couleur que la 5ème tombe automatiquement à la river !), j’ai appliqué – une fois ITM - cette méthode efficace avec un succès indiscutable pour arriver en TF. Fort de cette réussite (dans le tchat de nombreux commentaires émerveillés du style

     « mais comment fais tu chaboiv, quelle est cette technique inconnue ? »

    ou encore « waouh quelle approche du jeu subtil » )

    et ne voulant pas dégouter mes adversaires, j’ai ralenti un peu mon approche (non, non, aucun rapport avec un passage dead cards) pour reprendre de plus belle à 6 left.

     

    A 4 left, l’incroyable va se produire

    De SB, fort de ma confortable position de shortstack et d’une image … comment dire… d’un vrai professionnel ( !?), je continue mon approche préflop sophistiquée « tout dans le groin » avec un merveilleux Q9 (déparaillé bien sur)  et la, le BB, surement un véritable fish qui, avec à peine 3 fois plus de jetons que moi et n’ayant pas compris la perfection de mon move, décide de me suivre alors qu’il n’a que AQ suited (vraiment n’importe quoi …). Un énorme coup de chance viendra récompenser son incompétence avec un A au flop qui me privera une nouvelle fois de la win finale hautement méritée ! 

     

    Vraiment marre de ces fishs qui suivent des méthodes basiques! (heu comment ca, le fish c’est pas lui ! ben c’est qui le fish alors ?)

      

     

     

    Sinon, j’aime pas les tempêtes de vent

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • L’enfer,  c’est les autres moi !

     

    Eh bien oui, en ce début d’année 2012, je suis en total opposition avec Sartre. Sans rentrer dans un discours philosophique (matière où je n’ai d’ailleurs jamais brillé), je pense néanmoins qu’au poker notre premier adversaire, c’est nous-mêmes (tout droit de reproduction de cette phrase profonde est sujette à l’approbation de son auteur ! J ). Au delà de la technique (indispensable), de la variance (incontournable), il faut avoir une vraie force psychologique pour jouer et gagner au poker. Avec un peu de recul et maintenant avec un peu d’expérience acquise au cours de ces derniers mois, je pense que c’est la vraie différence entre un fish comme moi et un vrai shark

     

    Combien de tournois ai-je gâché en tiltant bêtement sans raison apparente alors que j’étais dans une bonne position ? Je ne parle pas du coin flip raté du type AK vs QQ, je parle d’un pétage de plomb incompréhensible qui vous fait basculer du coté de la force obscure …

    Un manque d’endurance mentale ? Je dois vraiment bosser cet aspect mais en fait je ne sais pas trop comment faire…

     

    Encore hier soir, j’ai eu une défaillance. Pour fêter mes « grandes » performances de la fin d’année je m’offre le Special Sunday sur PS (promo à 50 au lieu de 100€) qui se déroule sur 2 jours (6heures de jeu le dimanche, et ca repart le lundi soir) nous serons finalement plus de 6700 ( !) pour 855 ITM.

    Bref, pour résumer mes 5h40 de jeu , pas trop de jeu, quelques mauvaises rencontres (je perds AK vs 66 ou encore KK vs AA) , mais  finalement, grâce à quelques rares premiums bien valorisés, des tentatives plus créatives récompensées, le tout accompagné de quelques steals et de jolis bluffs … j’arrive à être classé 200 sur 1400 left au bout de 5H 10 de jeu  … et la , patatra ou si vous préférez badaboum ou encore… bref vous avez compris j’ai déconné grave! J’ai manqué de rigueur, j’ai relâché mon attention et j’ai été sanctionné instantanément.

    Tout d’abord , contre le slowplayer de la table qui limp UTG (comme d’habitude), je relance 3BB avec AJ  UTG + 1, bien évidement il me suit : Flop : 79T, il relance (bien sur, je ne réfléchis pas à ce qu’il peut avoir.. je suis rentré en mode tilt inconscient) , moi tranquille, je suis (et le 3cbet , c’est pour les chiens ? sinon tu foldes et tu dégages si tu le sens pas charlot !) , en fait j’ai envie de l’avoir ce slowplayer, voila ma seule pensée à ce moment.

    Turn : Q ; il relance, toujours pas de 3Cbet ? Ben non moi,toujours détendu,  je suis passivement.

    River : J  (oh ben c’est pas gentil,  j’attendais un K); il relance fort, je réfléchis (quel blague ! je pense surtout que je peux peut être éventuellement être devant et que ca me ferait plaisir de le planter (ca c’est une vrai analyse !!) bref je suis, il montre AK pour une belle quinte max.

    Pourquoi avoir joué ce move très risqué/stupide de cette façon ? Je ne sais pas, je ne comprends pas.

    Stack divisé par 2. Ca, c’est fait

    Peu de temps après, je touche A5 de carreau UTG + 2, j’hésite (en fait la, je ne sais plus quoi faire, mon cerveau a-t-il déjà lâché l’affaire ?) bref je vais limper  (trop belle décision) pour me faire éclater par la BB (bien sur 2 carreaux au flop donc je suivrais passivement encore une fois mais le 3ème carreau n’arrivera jamais).

    Finalement, je me ferais exploser à 15 places de la Bulle (soit environ 2 à 3 minutes à attendre pour au minimum récupérer ma mise, mais non rien à faire, je suis un gros naze et j’assume !) en relançant UTG + 3 mes 2 dernières BB (belle position pour attaquer !! bravo !) avec A8  dépareillé pour trouver KK chez vilain.

    Classement final 876/ 6743  et pas de D2 pour chaboiv.

     

    Bref au delà de cet exemple, il y a déjà tellement façon de perdre des jetons (bad beat, coin flip défavorable, dead cards, ..) pourquoi je rajoute le pétage de plomb ?

    Et surtout comment faire pour l’éviter ? Je joue peu donc « pas le droit » de spew ! Des conseils ?

     

    Sinon, j’aime pas éponger les fuites du toit pendant mes courtes nuits…

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique