• Certains se plaignent de bad beat, de mon côté, j’ai vraiment trop de chance, aucun bad beat, mes flips sont toujours gagnants bref aucune raison de me plaindre. Pour remédier à cette situation trop parfaite, j’ai inventé un nouveau concept, l’autobadbeatage . Ne dit on pas « on n'est jamais si bien servi que par soi même » ? Cela n’a rien a voir avec des concepts connus tels que le spew ou encore le tilt. Non, moi, pour pouvoir m’autogonfler ou encore m’autoplaindre, je m’inflige des bad beat.

     

    La méthode est assez complexe (!)

    Théorie

    Tout d’abord vous devez jouer votre A game pendant environ 3- 4h (pas de soucis pour moi puisque mes rencontres sont gagnantes à 90%). Développer cette approche d’autobadbeat dès le début d’un tournoi n’a aucun intérêt, vous pourriez tomber sur un fish et le non-plaisir ressenti serait très faible.

    Et après 4h de dur labeur, vous devez choisir votre adversaire. Afin d’être sur de votre coup, choisissez plutôt un vrai shark comme par exemple un Supernova ayant accumulé plusieurs K€ de gains .

    Attendez qu’il relance .. c’est le moment pour s’autobadbeater.

     

    Exemple concret pour mieux comprendre

    Dimanche soir, sur « mon » fameux Sunday Special en promo (environ 4700 vilains + moi). 4 heures de très bon jeu (à mon niveau) ou je réussi à me hisser dans le top 100 pendant toute cette période ! mes rencontres sont pratiquement toutes gagnantes (j’ai même réussi à gagner 88 vs AK vs QQ avec un joli 8 au flop… ce qui aura le don d’énerver le propriétaire des dames (avant de me faire traiter de gros mérou, je tiens a préciser que j’avais 4 fois leurs stacks, que j’ai 3Cbet vilain 1 et qu’il me restait pas grand-chose à rajouter pour suivre le all in de vilain 2)).

     

    A ce moment de la partie nous ne sommes plus que 1800 left (600 environ seront ITM), je trouve KK,  mon voisin de droite (avec 3 étoiles rouges style supernova…) relance 3BB, je 3Cbet, il suit. Flop xxA, la commence mon approche d’autobadbeat . Il check  ,je fais bien évidement de même (relancer m’aurait donner trop d’information sur la main de vilain) ; turn A, il relance, je suis, river x, il relance fort, et moi, fort de ma volonté de m’autoénerver , je vais le suivre pour découvrir sans surprise un AK chez vilain. Quelques minutes plus tard, avec toujours autant de rigueur dans ma nouvelle approche,  je suivrais le all in d’un short ultra serrure avec mes 7, il a JJ.

    Ah, ca va mieux, je suis super short, je peux enfin me plaindre de ma malchance.

    Je me ferais expulser au bout de 4h30 de jeu avec A3 cœur vs AK vs 98 pique sur flop K67 dont 2 cœurs et 1 pique ; turn A pique ; river Q pique…

    Pfff vraiment pas de chance !

    Ben voila, j’ai brillamment réussi après 4 heures 30 de jeu à m’autobadbeater 2 fois avec succès. J’ai pu aller me coucher énervé et me réveiller désespéré par ce manque de chance. Quel pied !

     

    En relisant certains de mes billets , je me rends compte que je deviens un véritable professionnel de l’autobadbeatage, je devrais peut être donner des cours à ceux qui ne veulent absolument pas gagner ?

     

    Kingyoann78 parle dans son dernier article du plaisir de jouer et de son énervement contre certains joueurs qui nous inflige des bad beats de l’espace . Je suis complètement d’accord avec lui sur le plaisir de jouer des tournois d’un certains niveau de buy in, c’est vraiment passionnant. Faudrait quand même que j’arrête de m’autobadbeater car le gain final au poker est – au delà du coté financier très agréable – la « preuve » de son amélioration dans le jeu et de son niveau réel.

     

    Côté résultats, après douze jours d’absence, peu de modification, soit 17 tournois joués pour 3 ITM dont 2 TF.

     

    Sinon, je vais passer la barre de 1000 visiteurs depuis le lancement officiel de mon blog en novembre dernier – avec 18 articles publiés -(merci encore à Stefal  et Rincevent de m’avoir bloglisté), ce good run fait plaisir.

     

    Concernant les Blogoscars de Fred-D8, je suis achetable donc, toi bloggeur, si tu veux que je vote pour ton blog, n’hésites pas à me faire une proposition J 

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    9 commentaires
  • Rien de fantastique ces derniers jours si ce n ‘est

    -          un déchiquetage en règle dans le Special Sunday de PS  (what’s else ?)

    -          et une nouvelle table finale sur le tournoi Open du soir  (8/350) . Néanmoins, 5 heures de jeu pour un gain  inférieur au buy in du Super Lundi, cela fait un peu réfléchir sur l’intérêt de jouer ce genre de tournoi.

     

    D’ailleurs concernant le Super Lundi, j’ai retenté ma chance hier grâce à un ticket obtenu lors d’un sat à 10€. (C’est chouette les sat !)

    J’avais hésité à m’inscrire mais l’envie l’a emporté sur la raison. (Fatigue et emploi du temps chargé sont (comme tout le monde le sait) les 2 critères clés pour être 100% concentré …)

    Bref, je vais me goinfrer  la première heure en imposant mon jeu pour être rapidement dans le top 10 et bien sur ce qui devait arriver… arriva.

    Changement de table (il faut vraiment prendre un temps d’observation à chaque nouvelle table mais pas moi bien sur …je suis trop fort), un middle position relance, suivi par le cut off, je suis avec mes 99.(cool le good run continue ! easy poker)

    Flop 37J, le cut off relance très fort.. et là, je m’emballe … je le pousse à tapis (mais pourquoi ???)… il a KK !

    Retour sous l’average pour Chaboiv mais je repars à l’attaque pour être juste autour de l’average au bout de 3 heures de jeu grâce notamment  à une bataille de blind (QQ vs22) et un très gros beau bluff . Là je me rends compte que je ne suis pas « totalement »prêt pour le live car même derrière mon écran j’avais peur qu’il voit mes tells J 

    Quand arrive cette main : nous sommes 80 Left  sur 300 (ITM 40)  Blind 500 jetons, j’ai 10K jetons.  L’ITM est à ma portée mais je veux la win

    Je reçois en middle position AJ, je relance 2, 5B suivi par  la SB (9K jetons) ; flop QKT ! Le rêve !

    Bon ok 2 carreaux dans le flop. Je check, il relance super light (Bon ok j’aurai pu me douter de quelque chose… j’aurai du surtout suivre gentiment mais encore une fois mon envie  de revenir dans le jeu pour la gagne l’a emporté sur ma pauvre raison totalement délaissée), je 3Cbet, il 4CBet et la … Tout dans le groin, je boite allin , il va hésiter un peu pour finalement décider de suivre avec J9 quinte floppée par le bas mais ces 2 cartes sont bien évidement des carreaux…. Turn: T carreau pour une affreuse quinte flush pour vilain   je busterai au tour suivant avec A9 suivi naturellement par la BB et son T8 pour un T au flop..

    Si j’avais su… j’serais pas venu…

    78/300 environ pour cette nouvelle tentative. Il va falloir retravailler mon agressivité car dans les 2 exemples, je me suis emballé bêtement sans suffisamment prendre en compte les risques potentiels. Très mauvaise gestion psychologique du tournoi

    Faut vraiment que je me concentre plus si je veux performer. Je m'autogonfle vraiment.

     

    Bref, j’étais énervé donc je me suis défoulé sur un S&G  que j’ai gagné à grands coups de hache

     

    Néanmoins vous êtes prévenus, pour me sortir d’un tournoi, il vous faudra au minimum une quinte flush ! J 

     

    Sinon la trêve hivernale commence aujourd’hui pour moi  (déplacement business & personnel) donc retour sur les tables online à la fin du mois…

     

    Côté résultats,  belle expérience sur des buy in élevés qui me serviront pour la suite,

    15 tournois joués pour 3 ITM dont 2 TF.

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    7 commentaires
  • Après mettre fait déchiqueter dimanche soir dans le Sunday Special de PS (comme quoi l'intuition...cf article précédent), je m’offre le Super Lundi d’Ongame grâce à mes gains de la semaine dernière. (150 € - 300 joueurs – 40 ITM – 9K la win).

     

    2 versions de l’histoire

     

    Version Bisounours

    Après avoir généreusement distribué mes jetons dans la première ½ heure, mes gentils adversaires me permettront de me maintenir à l’average jusqu'à 60 left. (33vs AJ qui tiennent ; AA vs AQ all in preflop). Je jouerais un très bon niveau  et prendrais que des bonnes décisions (comme coucher QQ sur flop 345 9 K)

    A  60 left, J’aurai la chance de pouvoir jouer à la table de Fred -D8 (ITM à l’EPT  quand même – quelle chance de pouvoir observer un semi pro) qui nous donnera un cours de goinfrage de Blind (!). Sur son exemple, je grappillerai quelques blinds à mon tour pour passer très facilement la bulle toujours un peu en dessous de l’average.

    A 38 left, une rencontre AK vs ? me fera redescendre à 10 BB (en gros, gentil adversaire relance, suivi une fois, je 3CBet avec AK, il me 4Cbet, suiveur passe, je suis gentiment,  flop Q xx, je check , il all in , je passe)

     

    Un tour plus tard, à 34 left, je touche AK, je boite mes 10 BB après 1 relance light en middle position du CL de la table, qui a été suivi par le bouton. Il tank et décide de suivre avec AQ. Pas de chance pour moi, une Q au flop viendra arrêter mon élan dans ce beau tournoi. That’s poker ! 

    Une nouvelle place ITM dans un gros buy in, je suis vraiment content et cela conforte mon idée que mon jeu s’est amélioré.

     

     

    Version «  2H du mat’ »

    Quel gros bouffon je suis ! A peine commencer ce tournoi à gros buy in (comme si j’en faisais tous les jours) que je me retrouve à 1500 jetons sur le 5000 de départ après 3 coups ridicules !  Bravo ! Je suis le roi pour me mettre tout seul dans des positions de merde ! Je chatterai ensuite quelques coups qui me permettront de survivre mais sans jamais dépasser l’average. 

    A 60 left, et toujours en mode survie, arrive Fred-D8 à ma table avec 5 fois mon stack et - chateux que je suis - il sera heureusement placé à ma droite  Ouaie super, il manquait plus qu’un semi pro a ma table, déjà que je fais la carpe avec mes cartes loose, le voila qu’il attaque une main sur 2, Je suis dégouté et mon stack fond à vue d’oeil, et de dépit, je boiterai plusieurs fois avec succès chance pour passer la bulle mais toujours sous l’average .

     

    La, changement de joueurs à la table (plus de D8 parti se goinfrer ailleurs), et à 38 left, je serais incapable de boiter avec mon AK sur le 4cbet de vilain. Trop belle stratégie pour jouer la gagne - devenir super short  ca aide gros naze !. Par contre, à 34 left, je n’hésiterai pas une seule seconde à boiter avec AK face au CL de la table  qui bien évidement me suivra avec sa pauvre main pourrie AQ qui chattera comme par hasard sa saleté de dame au flop pour me re expédier directement sur mes buy in à 10€. Ce chattard de première sera incapable de gagner le tournoi avec « mes » jetons  et se fera exploser 10 places plus tard. Il est 2 heures du matin, je suis crevé, dégouté par mon jeu hésitant et de ces chattards (!)

     

     

    Sinon, ca nous fait 7 tournois joués ce mois ci pour 2 ITM et 1 TF.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  •   

    Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, sur certains tournois, j’ai des intuitions (non, je ne vois pas les cartes de mes adversaires ! J). Sensations très subjectives, absolument rien de mathématique… juste des conclusions de mes observations. Exemple  facile : ne pas jouer ce vilain, il touche tout ou encore, ne pas jouer les all in des shorts, ils gagnent  ou encore coucher AQ, ca perd, ou les couleurs tombent, …

    Dois je faire confiance à ces intuitions pas forcement très logique ?

    Mardi dernier, sur le tournoi Open du soir d’Ongame en plus de d’un jeu plus rigoureux, j’ai suivi mon intuition et ai décidé de ne suivre aucune confrontation all in pré flop engagé par un vilain malgré ma position de CL. Résultat 3/330, je finirai 3ème en ayant évité plusieurs confrontations qui donneront raison sur mon choix et je serais éjecté en suivant le all in pré-flop du vilain  en me disant que mon intuition ne devait pas marcher à 3 left !! (KQ carreau vs KJ pique pour un flop … entièrement à pique !)

    De même, hier soir, j’ai suivi un vilain pour toucher une couleur de l’espace car « je le sentais » et de même j’ai perdu ma confrontation contre un vilain qui lance all in préflop pour la cinquantième fois et compte tenu de l’historique , je « savais » qu’il ne fallait pas le suivre mais je n’ai pas pu me résoudre à coucher mon AK , j’ai suivi , il avait A6  et touche son 6 au flop … out chaboiv.

     

    Cet élément de jeu supplémentaire me perturbe un peu car je ne sais pas vraiment comment l’appréhender mais « je sens » qu’il faut – au delà des règles essentielles de jeu – le prendre en compte d’une manière ou d’une autre sans que cela soit LE facteur de jeu. Et vous, comment vous le gérez ?

    Bref, à suivre…

     

    Sinon, pour ce début de mois, 4 tournois joués pour 1 ITM dont 1 TF

     

    Pour ce soir, je ne vais pas jouer le Sunday surprise car le cadeau ne m’intéresse pas ( ! J ) mais je vais m’offrir le Sunday Special de PS en promo ! Je le « sens » bien J

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Je croyais avoir trouver LE jeu pour devenir le shark ,fr mais  - Oh Surprise - ce n'est pas le cas ! A part quelques ITMs (qui deviennent néanmoins plus réguliers), je ne décolle pas

     

    Donc  - et pour une fois - plutôt que de me plaindre d'affreux bad beats (même si je pense que de temps en temps certains tirages de l'espace me font halluciner), si j'essayais de me remettre en cause ? Si j'essayais de revoir mon jeu ? Bref si j'essayais de progresser et de passer d'un statut de fish gentiment gagnant à celui d’un vrai shark !

     

    Et c'est là que les difficultés commencent J! C'est tellement plus facile de se cacher derrière la fameuse variance, d'insulter le vilain qui trouve sa quinte ventrale à la river (bon. C'est vrai que ça, ça m énerve grave ! )

     

    Et me voila donc parti à la recherche (désespérée ?) de points d’amélioration

     

    Comme n’importe quelle quête, je pars tout d’abord sur les grandes routes et leurs questions existentielles…

     

    -Pourquoi joue t on ? Je sais ca peut paraitre une question débile mais elle est essentielle et permet de remettre en situation notre approche du jeu.

    Dans le même style, contre qui joue t on ? Selon les limites jouées,  le profil des vilains sera différent et l’approche du jeu devra être adaptée (pas sur que la méthode « tout dans le groin » soit super efficace sur des buy in élevés… quoi que…)

     

    …Pour ensuite prendre une route plus pratique et ses interrogations pragmatiques…

     

    Gestion du sommeil ? je comprends pourquoi ce sont des geek étudiants boutonneux qui squattent les rooms. Se coucher tous les soirs entre minuit et 3h du matin pour se réveiller à 7h… Sur la longueur, ca fatigue quelque peu J  Il y a peut être ici un début d’explication dans certains de mes moves foireux aux alentours de 23h30… A méditer…

     

    Conditions de jeu ? Je crois qu’il faut que prendre plus en compte les éléments extérieurs avant de jouer; comme intégrer l’humeur de la journée me semble important avant de décider de son programme du soir.

     

    …Et finalement je finis par arriver sur le chemin de la win  (?)   et ses analyses poussées sur la qualité du  jeu…

     

    Par rapport à mon premier post, je crois que certains points sont encore mal gérés et notamment

    -Gestion des mains perdantes (j’implique encore souvent trop de jetons quand je suis derrière) & valorisation des mains gagnantes (je suis souvent confronté à l’effet « j’ai  peur du bad beat de l’espace » et donc perd des fois des opportunités de me goinfrer un peu plus)

    -impatience ! Et oui finalement mon adaptation de la phrase de Confucius « une petite impatience peut ruiner un grand projet » est tellement vraie !

     

    Bref, encore du boulot en perspective

     

    Sinon, résultats de janvier sont un peu décevant, mon manque de rigueur & mon impatience me font terminer ce mois après 40 tournois joués avec 9 ITM dont 1TF. 3ème mois consécutif en positif mais rien d’extraordinaire et encore pas mal de gâchis. 

      

    Et un grand GG aux bloggeurs présents à Deauville ! Faites nous rêver ! (peut être un jour moi aussi...)

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique